Le retour du tragique


Jusqu’au milieu du XXè siècle, le retour du tragique a pris la forme d’affrontements inexpiables. Un nouveau tragique nous envahit maintenant : celui de la banalisation, de la normalisation, de l’enfermement. Mais, de Sophocle à Beckett, c’est la révélation du même scandale : l’innocence punie, le mal qui sort du bien, la liberté figée en destin. Ce que les philosophies de l’histoire n’expliquent plus, le théâtre nous le montre.

Quand la pollution et l’ethnocide manifestent le retournement fatal de la puissance et de la raison occidentales, il reste un recours dans la connaissance tragique : assumer ses limites, ses amours et ses fautes, répondre au défi de la mort par le jeu de la vie, devenir le bon acteur de soi-même.

"L’histoire du tragique nous remet sans cesse sur la voie de l’homme concret et de son exigence d’agir et d’exister authentiquement... Ainsi, plutôt qu’il n’écrase l’homme, le tragique le suscite."

Un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez

Connexions’inscriremot de passe oublié ?